English site
menu

ZIMBABWE

Introduction

Le Zimbabwe, c’est l’Afrique dont rêve tout voyageur: un pays de traditions, d’authenticité et de paysages de toute beauté.
Ce pays unique a quelque chose à offrir à chacun d’entre nous: exploration de la nature sauvage à Mana Pools National Park, découverte de la richesse historique au Great Zimbabwe, parcours des Eastern Highlands, paradis de la randonnée, activités à sensation aux Chutes Victoria, observation de la faune sauvage exceptionnellement prolifique, découverte de l’art zimbabwéen, rencontre avec ses différents peuples…

Bien sur le pays a connu récemment des problèmes politiques et économiques bien médiatisés, mais vous pouvez désormais explorer le Zimbabwe en toute sécurité (sans pour autant exposer vos opinions politiques). Ces problèmes n’altèreront en rien l’accueil unique et chaleureux que vous recevrez et les souvenirs merveilleux et inoubliables que vous en rapporterez.

Population

La plupart des zimbabwéens sont d’origine bantoue; 9.8 appartiennent aux groupes shona et 2.3 millions aux groupes ndebele. Le reste de la population est divisée entre Tonga (ou Batonga), peuple issu du Haut Kariba, Shangaan, (ou Hlengwe) du Lowveld et les Venda de l’extrême sud. Européens (18000), Asiatiques (10000), Métis africains et européens (25000) sont répartis à travers le pays.

 

La langue officielle est l’anglais, utilisé par le gouvernement ainsi que dans les domaines de la justice et des affaires, mais seul 2% de la population le pratiquent comme langue maternelle. La majorité du peuple zimbabwéen parle shona (surtout au nord et à l’est) ou ndebele (au centre et à l’ouest).

 

Religions: syncrétisme (mélange de christianisme et de croyances indigènes) 50%, chrétiens 25%, croyances indigènes 24%, musulmans et autres 1%.

Origine des habitants

Les premiers habitants du Zimbabwe furent, comme chez ses voisins, les Sans (chasseurs nomades) et Khoi-Khoi (éleveurs).

 

Vers 500 AC des agriculteurs bantous (ancêtres du peuple shona) s’établirent dans la région.


A partir du XIème siècle, ils édifièrent, avec l’influence de négociants swahilis, la capitale religieuse et politique la plus riche et la plus puissante d’Afrique Australe: Great Zimbabwe, qui vit son influence décliner au cours du XVIème siècle. Elle était presque désertée lorsque l’explorateur portugais Vasco de Gama débarqua au Mozambique en 1502, suivi de compatriotes négociants qui investirent le plateau rhodésien en quête de richesses. Ces derniers furent expulsés en 1690.

 

En 1834, le peuple ndebele (Zoulous) sous les ordres du tyran Mzilikaki envahit la région et fonda un état militaire ndebele.

 

Le financier Cecil John Rhodes et sa British South Africa Company étendirent en 1888, leur domination sur l’ensemble des terres situées entre les fleuves Zambèze et Limpopo et obtinrent le contrôle des mines pour le compte des Britanniques.

 

En 1895, la Rhodésie (appelée ainsi en l’honneur de Cecil Rhodes) était née, dont le gouvernement prônait une suprématie blanche. Suivit une immigration européenne massive. Les Shona s’allièrent aux Ndebele pour lancer la croisade appelée Chimurenga (la "guerre de libération"), mise en échec après l'arrestation puis la pendaison de ses dirigeants.

 

En 1930, une loi interdisant aux Noirs de posséder des terres ou bien de pratiquer toute profession spécialisée fut adoptée.


En 1966, une seconde Chimurenga vit les guérilleros du ZANU (nouveau parti politique africain) attaquer les forces rhodésiennes à Chinhoyi mais fut un échec. Les Britanniques accordèrent l’indépendance à la Rhodésie du Sud en 1980, qui prit le nom de Zimbabwe .L’ancien chef de guérilla, Rober Mugabe fut élu Premier Ministre.


Après une euphorie passagère, des rivalités entre les deux mouvements nationalistes ZANU (shona) et ZAPU (ndebele et matabele) prirent la forme d’une guerre civile qui dura huit ans. Robert Mugabe (ZANU FP) fut élu président en 1987 et accentua l’autoritarisme de son régime.


En 2000, le ZANU-PF adopta une réforme agraire, incitant les "vétérans" (anciens combattants de la guerre d'Indépendance) à s’installer sur les terres des fermiers blancs. Ces invasions se passèrent dans un climat de violence raciale à l'encontre des propriétaires blancs et des ouvriers agricoles noirs ainsi que des membres de l’opposition dont les libertés furent restreintes.

 

En 2002 Mugabe gagna l’élection présidentielle lors d’un scrutin dont l’honnêteté fut contestée.

 

En 2003 une grave crise agraire et politique suite à l'expropriation par Mugabe des fermiers blancs entraîna une famine touchant plus de 7 millions de personnes. 70% de la population se retrouva alors sans emploi. Le Zimbabwe se retira du Commonwealth.

 

En 2005, le parti de Mugabe remporta les élections législatives sur fond de violences et de fraudes électorales. La constitution fut reformée, restreignant les droits de propriété et permettant au gouvernement de priver n’importe qui de passeport pour raisons "d’intérêt national". L’inflation dépassait les 1 000 % en 2006, et les 100 000 % en 2007 provoquant l’exode de la population vers les pays voisins.

 

En janvier 2008, le taux de l’inflation annuel atteignit le chiffre record de 100 580,2 % alors que le taux de chômage approcha les 80 %. La crise économique et sociale se poursuivit et les pénuries s’accentuèrent (carburants, nourriture, billets de banque, etc.).


Les élections présidentielles et législatives du 29 mars virent la victoire au premier tour de Morgan Tsvangirai, chef du parti de la MDC. Lors de la campagne du second tour, le pays fut le théâtre de violences politiques continues, marquées par des atrocités commises par la police d’État contre des membres de l’opposition et leur famille mais aussi par l’arrestation de ses principaux chefs. Dans ce climat, Morgan Tsvangirai décida à cinq jours du second tour de l’élection présidentielle de boycotter celle-ci, craignant pour ses partisans des représailles sanglantes. Robert Mugabe fut ainsi réélu.

 

Après intervention de la Communauté de développement de l’Afrique australe et de l’Union Africaine, un gouvernement de coalition fut formé en février 2009, Mugabe comme Président et Tsvangirai comme Premier Ministre. Malgré des différents au sein du gouvernement et des violations d’accords, cette cohabitation permit de rétablir une certaine stabilité économique et politique. Les Zimbabwéens peuvent enfin mener une vie calme et normale pour la première fois depuis dix ans.

Géographie

Superficie: 390000 km2.

Capitale: Harare.

 

Le Zimbabwe est un pays sans accès à la mer, entouré par la Zambie au sud, le Mozambique à l'est, l'Afrique du Sud et le Botswana à l'ouest. Sa superficie équivaut à trois fois celle de l’Angleterre. Le pays est constitué en grande partie de plateaux entre 900 et 1 700 m d'altitude appelés bushveld, parsemés d’affleurements rocheux. Au sud, le lowveld chaud et sec se caractérise par ses savanes jaunes paille.

 

Une chaîne de montagnes peu élevée traverse le pays du Mvurwi Range aux monts Matobo et partage les deux grands systèmes fluviaux africains, celui du Zambèze et celui du Limpopo-Save.


Les Eastern Highlands, région montagneuse à la frontière du Mozambique abritent le Nyangani, point culminant du Zimbabwe, qui s'élève à 2 592 m.

Climat

Le Zimbabwe jouit d'un climat tempéré grâce à sa topographie (900 m au-dessus de la mer). La saison sèche du highveld (mai à octobre) prend des airs d’été méditerranéen (jours chauds et ensoleillées, nuits claires et fraîches) et est idéal pour l'observation de la faune. Le lowveld et la vallée du Zambèze connaissent un climat plus chaud et plus humide, surtout pendant l'été (novembre à mi mars). Le printemps (mi août a novembre) et l’automne (mi mars a mi mai) sont relativement chauds et secs.

Economie

Le gouvernement du Zimbabwe est confronté à une série de difficultés économiques. Son implication dans la guerre en République Démocratique du Congo entre 1998 et 2002, a entraîné une perte économique de centaines de millions de dollars. Le programme de réforme des terres caractérisé par la violence et le chaos a détérioré le secteur de l’agriculture, source traditionnelle d’exportations et de 40 000 emplois, forçant le Zimbabwe à importer les produits alimentaires.

 

L’Union Européenne et les Etats-Unis fournissent des aides. Jusqu’au début de l’année 2009, la banque de Réserve du Zimbabwe a continué d’imprimer de l’argent pour combler le déficit budgétaire, causant une hyperinflation.

 

La coalition politique formée en février 2009 a apporté des améliorations au niveau économique notamment l’arrêt de l’hyperinflation par l’élimination du dollar zimbabwéen ainsi que du contrôle des prix. L’économie a enregistré une croissance pour la première fois en dix ans mais ne continuera de croître qu’en fonction de la situation politique.


Principales activités: industrie minière (or, charbon, nickel, cuivre, minerais de fer et d'étain), cultures commerciales (maïs, coton, café, thé, tabac, vin, canne à sucre), élevage, exploitation forestière, tourisme.

Principaux partenaires: Afrique du Sud, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis.

Biodiversité

La végétation est uniforme à travers le pays. Une grande partie du pays est couverte de bushveld (savane) et de miombo et on trouve au sud et sud-est des baobabs et broussailles flétries. Le tout est peuplé d’euphorbes, 30 espèces différentes d’aloès, des fleurs sauvages (entre septembre et novembre), jacarandas (habillant les rues de Harare, Bulawayo, Mutare en octobre) ainsi que multiples fleurs tropicales et palmiers.

 

Les parcs nationaux et milieux protégés, qui couvrent près de 13% du territoire, renferment des habitats naturels virginaux de multiples espèces: des milliers d’éléphants, le panel complet de prédateurs africains ainsi que divers herbivores: girafes, zèbres, buffles, hippopotames et de nombreuses espèces d’antilopes. Les rivières, réservoirs et lacs abritent plus de 177 espèces de poissons.


Des centaines d’espèces d’oiseaux sont visibles à travers le pays dont le râle ponctué et le bulbul de Finlayson. Le parc national de Matobo recèle d’un tiers de la population d’aigles du pays.

Infos pratiques

Passeport et visa...

Les visiteurs internationaux doivent être munis d'un passeport valide au minimum pour 6 mois. Le VISA s'achète à 1'arrivée à 1'aéroport et coûte 30US$.

Taxes de départ…

Les visiteurs internationaux qui quittent le pays par avion doivent acquitter une taxe de départ de 30 US$ (ou 20 Euros). Toutefois, pour ceux qui sont déjà en possession d'un billet au moment du départ, cette taxe est normalement incluse dans le tarif du billet.

Argent…

Depuis 2009, la monnaie utilisée est le Dollars américain ou le Rand sud-africain.

Téléphone…

Le code international est le 263.

Electricité…

Le voltage est 220 Volts mais les prises sonts non standards {similaires à celles de 1'Afrique du Sud) et vous devrez vous procurer un adaptateur.

Les Chutes Victoria

Les Chutes Victoria constituent l’une des sept merveilles du monde. 1700 m de large, elles émerveillent effectivement, en offrant un spectacle grandiose de millions de litres d'eau se déversant dans une étroite gorge en contrebas.

 

Une douzaine de points de vue longent la forêt tropicale et révèlent des paysages «d'une si profonde beauté, (que) même les anges devraient suspendre leur vol pour l'admirer» (David Livingstone).

 

La forêt tropicale protège une myriade d’espèces végétales et animales: mahogany, figuiers, arbres saucisse et autres arbres uniques et précieux ainsi qu’oiseaux, papillons et autres petits animaux divers. La forêt abrite également de rares orchidées et fougères.


Les Chutes Victoria accueillent de nombreux visiteurs toute l’année mais demeurent un endroit magique et préservé. Pour les visiteurs les plus aventureux ou bien ceux en quête de relaxation, il existe toute une gamme d'activités, mis a part la visite des chutes, parmi lesquelles: rafting, saut à l’élastique, croisières sur le Zambèze, canoë, ballade en ballons, hors-bord, safaris en 4X4 ou à pied, équitation, visites culturelles, ornithologie, pêche, golf, chasse.

 

Près des chutes, se trouve le parc national du Zambèze où il est possible d'observer une grande variété d'animaux (y compris les éléphants, les lions, les zèbres, les girafes et de nombreuses variétés d'antilopes).

La végétation varie selon les endroits, d'une végétation de bord de fleuve à la savane sauvage ou à une flore de forêt.

Le Parc de Mana Pools

Le parc national de Mana pools (2,196 km2) situé le long des rives du Zambèze constitue l’un des plus beaux parcs du Zimbabwe. Il a d’ailleurs été déclaré Site du Patrimoine Mondial de l’Unesco, de par sa magie, son isolement et son environnement sauvage, abritant un grand nombre de mammifères, 350 espèces d’oiseaux et de nombreuses espèces marines.

 

Le mot « mana » signifie quatre en shona et désigne les plans d’eau autour du parc qui abritent crocodiles, hippopotames et oiseaux marins.

 

Des arbres magnifiques poussent sur la terrasse fertile du parc; l’image que l’on garde de Mana est son arbre épineux typique, l’Acacia albida créant un environnement aux allures de parc le long de la rive, alternant avec de beaux mahogany verts foncé, figuiers, «arbres saucisses», arbres à pluie, tamarins et vétivers.

 

Quand on s’éloigne de l’eau, le sol de la vallée est un environnement aride, surtout pendant la saison sèche, parsemé de «jesse bush» du Zambèze, mopane et baobabs.

 

L’intérêt principal de Mana est avant tout sa faune, et la possibilité, unique au Zimbabwe, de s’en approcher de très près. Comme le terrain est dégagé, les visiteurs ont en effet la possibilité de le visiter seuls et à pied et d’observer de manière privilégiée des herbivores tels que l’éléphant, l’élan, le buffle, l’impala, le cobe à croissant, le babouin, le zèbre, le phacochère et l’hippopotame. Les lions, léopards et hyènes tachetées sont également présents mais plus difficiles à observer.

Le Parc de Hwange

Hwange, le plus grand parc national du Zimbabwe a une superficie de plus de 1 400 km². Le parc constitue la région zimbabwéenne la plus prolifique en terme de faune: il abrite en effet plus de 90 espèces d’animaux (dont de nombreux prédateurs et 30 000 éléphants!), 413 espèces d'oiseaux et environ 1 000 espèces d'arbres et d'arbustes.

La végétation varie de la prairie de savane aux arbustes rabougris d'acacia au vleis enherbé et aux régions boisées de mopane. Grâce aux 482 km de routes gravillonnées réalisées pour l'inspection des animaux, les visiteurs peuvent y voir l'une des plus fascinantes concentrations d'animaux au monde. Près des points d'eau, de nombreuses plateformes ont été aménagées pour l'observation des animaux. A réaliser en plein jour ou au clair de lune…

Le parc de Gonarezhou

Le parc national de Gonarezhou, situé au Lowveld, s’étend sur 5053 km2 et constitue le deuxième plus grand parc zimbabwéen. Son nom signifie «le lieu aux nombreux éléphants» car il abrite en effet une grande population d’éléphants et offre des paysages magnifiques et sauvages. Il fait partie du Great Limpopo Park avec le Kruger Park et le parc national du Limpopo. Ce parc est consacré à la conservation de la biodiversité et du développement économique des communautés locales. L’immensité et la diversité du parc offrent un écotourisme exceptionnel au visiteur.

 

Le parc abrite lions, léopards, guépards, éléphants, hippopotames, lycaons, buffles, girafes, zèbres, antilopes rouannes, sables, et de nombreuses espèces de grandes antilopes. Les nyalas et sunis sont deux petites antilopes rares, à ne pas manquer. De plus, on compte des centaines d’espèces d’oiseaux ainsi que de nombreuses espèces marines dans les piscines naturelles et rivières du parc, comme le requin du Zambèze (ou requin bouledogue), le gobie d’eau douce, la brème noire et l’unique killifish turquoise.

 

Trois rivières principales, Save, Runde et Mwenezi traversent le parc formant des piscines naturelles et oasis dans lesquels des centaines d’oiseaux, d’animaux sauvages et de poissons viennent s’abreuver et se nourrir.

A la confluence des rivières Save et Runde, les falaises Chilojo offrent un paysage de grés rouges absolument magnifique.

Le parc de Chizarira

Le parc national de Chizariza est le parc le plus isolé du Zimbabwe. C’est une région splendide et très sauvage, un royaume au sommet de l’escarpement du Zambèze traversé par des rivières, gorges et autres sources naturelles.

 

La faune habituellement associée au Zambèze y est présente dont l’éléphant, le buffle, le zèbre, le koudou, le cobe à croissant, le guib harnaché, le raciphère du Cap et l’impala. Il est possible d’entendre et même d’apercevoir des lions dans le sud du parc ainsi qu’exceptionnellement, des léopards en plein jour.

 

Les paysages sont de toute beauté: boisements de baobabs dans la vallée Gwembe, savane arbustive et prairies boisées au sommet de l’escarpement, végétation épaisse en cascades le long des gorges.

 

Au nord, sur l’escarpement, des plateaux sont couverts de boisements de Bracchystegia, typiques du Highveld et en allant vers le sud, de mopane.


La frontière sud est marquée par la rivière Busi entourée de plaines couvertes d’acacias albida.


Chizariza abrite 406 des 580 espèces d’oiseaux enregistrées au Zimbabwe, parmi eux: la rare et magnifique brève d’Angola, l’érythrocerque de Livingstone, l’eurylaine du Cap, le faucon Taita et la cigogne noire.

Les ruines du Greater Zimbabwe

Dans un continent habitué à des constructions éphémères de boue, de bois et d’herbes, Great Zimbabwe apparaît comme un miracle.

 

Au sud-est d'Harare, la cité de Great Zimbabwe constitue le plus grand et le plus important monument ancien d'Afrique sub-saharienne (par sa taille, Great Zimbabwe est le deuxième monument le plus important après les pyramides d'Egypte).

 

Le site est la preuve d'une ancienne civilisation africaine. Les études archéologiques ont montré que Great Zimbabwe était un centre religieux et une capitale administrative de grande importance (10 000 à 20 000 habitants) dominant un royaume qui s’étendait jusqu’au Botswana, au Mozambique et à l’Afrique du Sud pendant le XIIème et XVème siècles.

 

Le mot «Zimbabwe» signifie «maisons de roche» ou bien «maisons vénérées», la construction en pierre exprimant la permanence et le pouvoir.

 

Great Zimbabwe a été occupé tout d’abord au XI ème siècle. La cité s’est développée considérablement les siècles suivants, nourrie par le commerce de l’or, pour ainsi devenir une capitale religieuse et politique puissante.

 

Great Zimbabwe vit son influence décliner petit à petit: surpopulation, fragmentation politique, surexploitation des terres provoquèrent l’émigration en nombre. Quand les Portugais arrivèrent au XVI ème siècle, Great Zimbabwe était complètement déserté.

Chimanimani

.La barrière montagneuse en face du village de Chimanimani abrite un paradis sauvage de pics de grés abrupts, de rivières limpides, de cascades se jetant dans des piscines naturelles, de vallées de savane, et de forêts de pierres étonnantes.

 

Des bananiers géants, fougères arborescentes et cycades longent les rives; les orchidées, hibiscus et protéas poussent sur les pentes, tandis que les lobelias, bruyères et autres fleurs sauvages tapissent les plaines de savanes. Vous pouvez y observer des babouins et antilopes. Au sein de cette nature sauvage, le parc national de Chimanimani, accessible uniquement à pied, s’étend sur 175 km2.

 

Que vous décidiez de marcher à la journée ou de faire un trek de 5 jours, vous êtes certains de garder de Chimanimani un souvenir enchanteur.